Mardi, 21 novembre 2017
Recherche
AA
Accueil » Services » Aménagement » Gestion des matières résiduelles

Gestion des matières résiduelles

Contexte québécois 

Depuis une vingtaine d’années, le Québec vit de grands bouleversements en regard de la gestion des matières résiduelles. Ces changements sont nés d’une prise de conscience collective, remontant au début des années 1970, face à notre rythme de consommation effréné et à une mauvaise gestion de nos déchets. Des orientations gouvernementales ont été adoptées en 1989 dans le cadre de la Politique de gestion intégrée des déchets solides et un bilan de la situation a été réalisé en 1992. À partir de ce moment, le Québec est graduellement passé de l’époque du « tout jeter n’importe comment », au cours de laquelle on ramassait les ordures pour s’en débarrasser où on pouvait, à l’étape récente des énoncés politiques qui considèrent les déchets comme des ressources à mettre en valeur, comme décrits dans le rapport de la commission du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur la gestion des matières résiduelles (Déchets d’hier, ressources de demain, BAPE, 1997). En 1998, le ministère de l’Environnement a produit le Plan d’action québécois sur la gestion des matières résiduelles. Ce plan d’action, devenu par la suite la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008, traçait les lignes directrices d’une gestion plus saine des matières résiduelles et émettait des objectifs précis de valorisation de ces matières. Lire la suite


La nouvelle politique québécoise de gestion des matières résiduelles

En 2011, le gouvernement adoptait sa nouvelle Politique québécoise de gestion des matières résiduelles. Cette politique a pour objet de mettre en place les mesures permettant de créer une société sans gaspillage qui cherche à maximiser la valeur ajoutée par une saine gestion de ses matières résiduelles. L’objectif fondamental de la Politique est : Éliminer une seule matière résiduelle au Québec : le résidu ultime*

* Le résidu ultime est celui qui résulte du tri, du conditionnement et de la mise en valeur des matières résiduelles et qui n’est plus susceptible d’être traité dans les conditions techniques et économiques disponibles pour en extraire la part valorisable ou en réduire le caractère polluant ou dangereux.
 
La Politique, dorénavant pérenne, est accompagnée d’un plan d’action quinquennal qui vise, pour la période concernée, à atteindre des objectifs intermédiaires. Les objectifs quantitatifs intermédiaires du Plan d’action 2011-2015 sont :
  • Ramener à 700 kg par habitant la quantité de matières résiduelles éliminées, soit une réduction de 110 kg par habitant par rapport à 2008;
  • Recycler 70 % du papier, du carton, du plastique, du verre et du métal résiduels;
  • Recycler 60 % de la matière organique putrescible résiduelle;
  • Recycler ou valoriser 80 % des résidus de béton, de brique et d’asphalte;
  • Trier à la source ou acheminer vers un centre de tri 70 % des résidus de construction, de rénovation et de démolition du segment du bâtiment.
 
La révision du plan de gestion des matières résiduelles (PGMR de la MRC)

La stratégie 6 de la Politique prévoit de soutenir la planification et la performance régionales. Pour ce faire, le gouvernement a publié en 2013 les Lignes directrices pour la planification régionale de la gestion des matières résiduelles établissant un cadre de conformité pour l’élaboration et la révision des PGMR.
 
La MRC prévoit débuter à court terme l’exercice de réflexion menant à la révision de son PGMR. En collaboration avec les 15 municipalités locales, elle s’engagera à améliorer sa performance territoriale de gestion des matières résiduelles en implantant de nouveaux services et infrastructures ou en bonifiant ceux déjà existants.
 
Dans cette optique, la MRC s’est dotée du logiciel Internet Metrio pour l’aiderà brosser un portrait fiable de la performance de gestion des matières résiduelles sur son territoire. Metrio permet de mesurer, de communiquer et d’analyser la performance de gestion des matières résiduelles au moyen d’indicateurs techniques et économiques et ce, autant pour le territoire de la MRC que pour celui des municipalités locales.
 
Après les phases de configuration et de programmation en 2012, la prochaine année est dédiée à la compilation des données afin d’obtenir un premier bilan régional de gestion des matières résiduelles depuis 2009.

Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR)
 

En complément

      •  Service d’écocentre (récupération de matériaux secs) pour les résidents et villégiateurs du TNO

Conception graphique : Kiwigraphik  |  Réalisation : NeXion